18/06/2013

Le livre en deuil

Maurice Nadeau, l’Éditeur par excellence, a refermé le livre de sa vie. Il repose désormais sur une étagère où il prendra la poussière des ans et finira lui-même par devenir poussière à son tour. Les livres pleurent, car nombre d'entre eux n'auraient jamais vu le jour, si Maurice Nadeau n'avait pas lu tous les manuscrits tombés entre ses mains, sans en attendre autre chose que de la bonne littérature, hors de tout système, de tout copinage germano-pratin, de toute finalité purement commerciale. Il lui en aura fallu de la conviction, de la ténacité, de la passion pour défendre ces textes contre tous, pour recommencer de maison d'édition en maison d'édition jusqu'à créer la sienne à l'âge de 66 ans ! Un jeune homme, quand on pense qu'il est mort à 102 ans après son dernier combat pour la littérature et la diversité : le sauvetage de La Quinzaine Littéraire. Adieu, Monsieur, et merci de nous avoir permis de découvrir Malcom Lowry, Georges Pérec, Henry Miller, Claude Simon, Jacques Kerouac, Claire Etcherelli, Arthur Koestler, Soazig Aaron, et tant d'autres.
Lire l'excellent papier de Marion Van Renterghem dans Le Monde, Maurice Nadeau, éditeur génial et désargenté, mort à la tâche à 102 ans.


Aucun commentaire: